fbpx
Avec ses forêts, ses rivières et ses étendues encore totalement sauvages, le paysage nordique est une source d’inspiration sans commune mesure pour les marques de mode ou de design spécialisées dans l’outdoor, qui y puisent une sophistication simple et épurée. C’est le cas notamment pour Sandqvist, marque de sacs et d’accessoires qui a construit sa réputation en fabricant des sacs beaux et fonctionnels, qui mélangent l’héritage nordique avec un style de vie urbain et ambitieux. Créée par trois amis de la campagne suédoise, Sandqvist a toujours eu pour vision « de fabriquer des produits durables, à partir de matériaux de qualité et dans de bonnes conditions de travail ». L’expansion internationale de ces 15 dernières années a permis à la marque de devenir un des leaders du marché, tout en restant fidèle à ses valeurs : durabilité, esthétique et qualité des produits.

Nous nous sommes entretenus avec Sebastian Westin, l’un des trois cofondateurs, pour parler du succès de la marque et évoquer les projets à venir.

 

Hello Sebastian, peux-tu nous raconter l’histoire de Sandqvist ?

Sandqvist a été fondée en 2004 par Anton Sandqvist. Avant de se lancer dans cette aventure entrepreneuriale, Anton travaillait dans une grande multinationale où sa créativité était bridée. Du coup, pendant son temps libre, il aimait les activités manuelles. Un jour, dans sa cave, avec une vieille machine à coudre industrielle, il a cousu un sac pour mettre ses affaires de travail et son laptop. Anton vient de la campagne, alors il voulait quelque chose de suffisamment robuste pour survivre à sa routine quotidienne, mais assez stylé pour la ville. Ses amis ont aimé son sac, il en a donc produit une série limitée et les a distribués dans quelques magasins trendy de Stockholm. Nous nous connaissons tous depuis notre enfance, même si Anton a 9 ans de plus que moi, car nous avons grandi ensemble au milieu de la Suède. À l’époque, je travaillais avec Daniel, le petit frère d’Anton, sur des projets de marques de mode et un magazine lifestyle gratuit de pop culture que nous distribuions en Suède. Anton nous a demandé s’il pouvait louer un espace dans notre bureau pour développer son projet. Donc, naturellement, Daniel et moi avons commencé à travailler avec Anton en 2006 sur le marketing et le branding. Si nous voulions que la marque marche, nous savions ce que nous devions faire : faire des photoshoots, créer un lookbook et présenter la marque lors de salons professionnels. Au fur et à mesure que la marque grandissait, nos designs ont changé, influencés par nos goûts dans la mode et une inspiration que nous allions puiser dans la campagne suédoise. Pendant quatre ans, nous avons développé la marque sur notre temps libre. Ce n’est qu’en 2010 que nous avons pu commencer à travailler à temps plein sur le projet. Nous avons donc loué un autre bureau, qui est devenu et est toujours le flagship de Sandqvist. Sandqvist c’est donc avant tout un projet familial même si nous ne sommes plus si petits aujourd’hui. Nous produisons désormais plus de 100 000 sacs par an, employons 53 personnes et possédons 5 magasins à Londres, Berlin, Guttenberg et bien sûr Stockholm. Nous regardons actuellement des opportunités à Paris et Amsterdam. Nous sommes également distribués par plus de 500 détaillants à travers le monde. Il s’est passé beaucoup de choses ces sept dernières années. Ce fut un voyage vraiment amusant.

 

 

Comment définirais-tu la mission de Sandqvist ?

Depuis le lancement de Sandqvist, Anton, Daniel et moi-même avons toujours partagé des valeurs communes. Nous voulions produire des sacs comme nous voulions les produire. Nous sommes de la campagne et là-bas, on répare notre vélo quand il est cassé, on n’en achète pas un nouveau ! Donc, avant tout, nous voulions créer des sacs résistants. Nous aimons aussi le plein air et avons toujours été des randonneurs actifs, adeptes de la pêche à la mouche ou de la cueillette de champignons. C’est pourquoi nous voulions des sacs fonctionnels pour nos activités outdoor, ce qui a alimenté notre mission. Enfin, nous voulons être aussi durables que possible. Quand nous avons commencé, nous n’avions pas en interne les compétences de conception pour dessiner nos sacs, nous avons donc créé des prototypes bruts avec des designs très simples qui plaisaient à la plupart des gens. Maintenant, pour tous nos sacs et accessoires, nous développons plus de fonctionnalités et avons renforcé la durabilité grâce à des tissus écologiques tels que le cuir tanné végétal, le polyester recyclé, ou encore le coton biologique. Nous sommes actuellement durables 80% et notre objectif est d’atteindre 100%. Il nous a fallu deux ans pour atteindre ce niveau, et nous avons travaillé très dur pour trouver les bons tissus et partenaires. Mais désormais si nous développons un nouveau produit, avec un nouveau tissu, vous pouvez être sûr qu’il est durable.
D’ici l’automne 2018, tous les tissus synthétiques que nous utiliserons contiendront des fibres recyclées. Cette étape est importante pour atteindre notre objectif de devenir un exemple mondial de mode durable. Sandqvist est membre de la Fair Wear Foundation (FWF) et s’engage à travailler uniquement avec les fournisseurs qui ont mis en œuvre le Code de pratiques de travail de la FWF. Le code FWF stipule des exigences minimales pour les conditions de travail basées sur les principes de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et des Nations Unies. Nous voulons le faire d’une manière équitable pour toutes les parties prenantes, et en prenant soin de
l’environnement. Cela signifie être responsable de l’impact de nos produits tout au long de leur cycle de vie, tant sur les personnes que sur la planète. La durabilité semble être devenue impératif pour une marque aujourd’hui.

 

Dans 5 ans, les gens n’espéreront pas votre produit soit durable, ils l’exigeront.

 

Comment cela a-t-il changé depuis le lancement de Sandqvist ?

Lorsque nous avons commencé à parler de développement durable il y a 8 ou 10 ans, cela semblait beaucoup plus difficile. C’était un coût non négligeable pour l’entreprise à l’époque. Par exemple, il fallait produire une quantité significative de sacs pour rentabiliser le coton biologique, mais maintenant c’est beaucoup plus facile et beaucoup moins cher. Le coton biologique est cultivé sans pesticides chimiques, engrais artificiels ou cultures génétiquement modifiées. Le passage au coton biologique a un effet positif réel sur l’environnement et les personnes travaillant dans les champs de coton. Aujourd’hui, être durable n’est pas unique. Ce qui est unique, c’est d’être 100% durable, ce qui est notre objectif à terme. Beaucoup de nouvelles marques ne font pas d’efforts pour être durables et ne rassemblent pas leur communauté sur ce nouvel impératif. Je trouve que c’est une grave erreur de lancer une marque sans penser à la durabilité. Dans 5 ans, les gens n’espéreront pas que votre produit soit durable, ils l’exigeront. La nature et les activités outdoor font partie intégrante de l’identité de Sandqvist.

 

 

Comment influencent-ils la marque aujourd’hui ?

La nature et l’outdoor ont toujours été notre plus grande source d’inspiration. Si vous regardez de plus près notre identité visuelle, vous pourrez voir Anton, Daniel et moi, ou les membres de notre communauté. Nous voulons montrer le vrai Sandqvist dans la façon dont nous vivons et communiquons autour de la marque. La Suède est l’un des plus beaux pays au monde, véritable terrain de jeu géant, alternant forêts, montagnes, lacs ou encore une longue côte sauvage. Nos sacs reflètent donc notre façon de jouer dans cet environnement, principalement pour des trips d’un ou deux jours. Nous sommes loin de fabriquer des sacs d’alpinisme. Nous avons récemment réalisé que si la nature nous a toujours influencé, nous devions aujourd’hui sortir de cette zone de confort pour étendre l’identité de la marque. C’est pourquoi nous avons lancé notre première collection femme en 2015, afin de toucher une nouvelle cible. Nous avons également conçu quelques collections influencées par le sport et d’autres un peu plus tendance. Même si nous nous éloignons un peu de la façon dont nous communiquions avant, nous en revenons toujours à la nature, parce que c’est l’ADN de Sandqvist. Actuellement, nous nous concentrons sur la fabrication de notre collection de sacs pour femmes, qui représente déjà 50% de nos ventes. C’est un vrai défi créatif de mélanger l’ADN de notre marque avec des éléments plus tendance, mais nous sommes sûrs que nous pouvons le faire tout en restant fidèles à notre héritage. Pour la collection A/H 2018, nous allons présenter beaucoup de nouveaux sacs outdoor, alors ne vous inquiétez pas, on est pas prêts de défiler à la fashion week !

 

Quand on parle de luxe aujourd’hui, il ne s’agit plus d’or ou de bling-bling, mais d’avoir du temps libre notamment pour prendre l’air, pour respirer.

 

L’outdoor est une grande tendance aujourd’hui. Comment expliquerais-tu ce désir de s’échapper et de reconnecter avec la nature à travers les marques que nous portons ?

Quand on parle de luxe aujourd’hui, il ne s’agit plus d’or ou de bling-bling, mais d’avoir du temps libre notamment pour prendre l’air, pour respirer. Les voitures haut de gamme sont un bon exemple, elles se veulent moins fonctionnelles mais font plus rêver dans la capacité qu’elles offrent à s’échapper de la ville et à explorer la campagne. Mais s’échapper ne signifie pas nécessairement faire l’ascension de l’Himalaya. Vous pouvez juste aller à la campagne à côté de chez vous, ou dans la forêt où votre grand-mère avait l’habitude de se promener. Rien que le fait de sortir, c’est déjà bien. Aujourd’hui, le luxe est une question d’expérience. C’est pourquoi nous éditons aussi un magazine, The Sandqvist Journey, pour partager nos histoires et nos voyages. C’est un bon moyen de rapprocher nos clients des valeurs de Sandqvist et de les inviter à voyager avec nous.

Quelles sont les prochaines étapes pour la marque ?

Notre ambition est de devenir la première marque de sac durable au monde. Nous ne cherchons pas à être la plus grosse boite, mais nous voulons devenir la référence. C’est notre objectif pour les dix prochaines années. Nous continuerons à nous concentrer sur la durabilité de nos produits et nous nous attacherons à nous dépasser chaque jour pour atteindre nos objectifs. Nous sommes rentables, donc l’autre objectif sera d’ouvrir plus de magasins dans des marchés cibles, tout en continuant à fabriquer de nouveaux et de meilleurs sacs. Nous venons à peine de commencer notre voyage et il y a tellement plus à faire, tellement de sacs à concevoir. Nous sommes très excités !

 

 

Aujourd’hui, vous êtes plus de 50 chez Sandqvist, comment avez-vous géré votre croissance en interne ?

Nous nous développons assez vite mais nous ne voulons pas grandir trop vite. Nous privilégions une croissance organique. C’est important pour nous d’avoir une bonne ambiance au bureau. Plus important encore, nous nous sommes développés avec nos propres fonds. Nous ne sommes pas une startup et n’avons jamais levé d’argent, cela nous a permis de nous amuser, d’être justes, inspirants, et de prendre soin de l’environnement. Nous avons une structure horizontale, donc si nous divergeons et commençons à faire des choses vraiment stupides, l’équipe ne manquera pas de nous le faire savoir.

 

Lire l’interview complète dans Swenson Mag Vol.03
en souscrivant à un de nos membership (à partir de 60€ par an)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *